Services à vélo

Services à vélo

Détails des quatre axes Plan national pour le développement de la cyclologistique.

Le projet de plan en faveur de la cyclologistique s’inscrit dans un contexte d’accélération des mesures favorisant le développement des activités de livraison à vélo, la mobilisation des parties prenantes, la facilitation de la cyclologistique en ville et le développement de l’innovation urbaine et l’open data.

Favoriser l’accélération des activités de livraison à vélo
Le dispositif ColisActiv financé par les CEE permet de soutenir la livraison par vélo cargo en réduisant l’écart de coût avec les solutions de livraisons thermiques, grâce à une aide allant jusqu’à deux euros par colis pour les 500 000 premiers en année 1, jusqu’à 1,30 € pour 1,5 million de colis en année 2 et 0,60 € pour les 3 millions de colis en année 3.
À ce jour 4 villes tests peuvent bénéficier de cette expérimentation en contrepartie d’un cofinancement du dispositif : CU Angers, CU Reims, EPT Paris Est Marne Bois, SMMA Grenoble. Dès le mois de juin 2021, toutes villes ayant mis en place une ZFE ou qui en créent une en 2021 seront éligibles au dispositif sous réserve d’apporter un cofinancement Villes éligibles : Grand Paris, Lyon, Grenoble, Aix-Marseille, Montpellier, Nice, Rouen, Strasbourg, Toulon et Toulouse. Une augmentation de l’enveloppe financière à ce dispositif sera étudiée d’ici fin 2021.
• Inciter au remplacement de vieux véhicules thermiques par des vélos électriques
Actuellement, la prime à la conversion constitue une aide pour l’achat d’une voiture, d’une camionnette, ou d’un deux-trois roues motorisé, suite à la mise au rebut d’une voiture ou camionnette Crit’Air 3 ou antérieure. Des expériences toujours plus nombreuses dans divers secteurs d’activité (ex. cycloplombiers, transports frigorifiques vélos, etc.) montrent qu’il peut être pertinent de remplacer un véhicule motorisé par un vélo à assistance électrique, classique ou cargo.
Dans le cadre du projet de loi Climat et Résilience, le Gouvernement a souhaité inciter encore davantage à la transition des usages en étendant la prime à la conversion au vélo. Concrètement, cela permettra :
– d’élargir la prime à la conversion aux personnes et aux entreprises souhaitant remplacer un vieux véhicule par un vélo à assistance électrique ;
– de renforcer le bonus Vélos à Assistance électrique pour mieux prendre en compte les vélos cargo ;
– les arbitrages sur les montants précis de la prime à la conversion vélos électriques seront rendus publics d’ici quelques semaines.
• Accompagner la création d’entreprises cyclologistiques et l’équipement des professionnels :
– en facilitant la création de microentreprises dans le champ de l’économie sociale et solidaire pour favoriser l’emploi éthique et local grâce à des prêts via le programme CEE « Ma Cycloentreprise » porté par l’énergéticien Eni avec l’association pour le droit à l’initiative économique (Adie) et l’association Boîte à vélo France ;
– en facilitant le prêt de vélos et vélos cargo à assistance électrique pour les professionnels désireux de tester via le programme CEE V-logistique actif jusqu’à fin 2021.
Au total ces trois dispositifs CEE mobilisent une enveloppe de l’État de 12 millions d’euros.

Mobiliser les parties prenantes
• Sphère publique exemplaire
L’État et les collectivités locales sont d’importants consommateurs de plis et de colis. À travers les marchés publics, ils peuvent fortement favoriser l’essor des livraisons à vélo. Le projet de loi Climat et Résilience prévoit la généralisation des clauses environnementales dans les marchés publics sous cinq ans. Le Plan national pour les Achats durables (PNAD) qui sera publié dans les prochains jours prévoit que le transport et la logistique seront parmi les secteurs prioritaires pour la mise en œuvre de ces clauses.
• Développer des produits d’assurance adaptés
Pouvoir facilement assurer les équipements comme biens transportés constitue un autre aspect essentiel du développement de la cyclologistique. Ces produits manquent sur le marché aujourd’hui. Boîte à vélo France estime que 60 % des entrepreneurs à vélo n’ont pas d’assurance, notamment du fait de l’absence d’offre existante, de garanties non adaptées aux besoins (comme le vol à l’extérieur du local ou la prise en compte de la marchandise à bord du véhicule), ou de tarifs trop élevés. Il est nécessaire d’adapter les offres assurantielles aux types d’équipements, à la marchandise et à la taille des entreprises. Barbara Pompili réunira prochainement les acteurs du secteur afin de les inciter à proposer des solutions.
• Faciliter l’engagement des principaux donneurs d’ordre à orienter une part croissante de leurs flux vers des solutions vélos
Quelques grands donneurs d’ordre (La Poste, UPS, DHL, etc.) traitent plus de 90 % des colis en France métropolitaine. L’orientation de leurs flux vers des modes décarbonés comme la cyclologistique est décisive.
La Poste est d’opérer par des solutions de cyclomobilité ses livraisons de colis en cœur de ville dans les 40 plus grandes villes de France. C’est pourquoi la flotte logistique va se compléter d’ici 2025 de 1 000 vélos cargos de type triporteur ou de remorques à assistance électrique, permettant ainsi un emport plus important (1 m3 à 1,5 m3) : 370 vélos cargos à La Poste, 200 remorques assistées chez sa filiale Urby, près de 500 véhicules de l’un ou l’autre type via les autres entreprises du Groupe comme Stuart ou les entreprises partenaires.
Dès cette année, 70 vélos cargos vont compléter le dispositif dont sont déjà dotées certaines villes comme Paris, Bordeaux ou Strasbourg…

Faciliter la cyclologistique en ville
Parmi les freins importants au développement de la cyclologistique en ville, on trouve souvent le manque de locaux permettant d’organiser le tri et la distribution des colis entre coursiers mais également le manque de pistes cyclables et de places de livraison dédiées. L’évolution de la réglementation en ville limite la place des véhicules thermiques, de grand gabarit et de stationnement et renforce encore la pertinence de la cyclologistique.
Les établissements publics fonciers et les établissements publics d’aménagement, sous tutelle du ministère de la Transition écologique qui travaillent pour le compte des collectivités locales ont été mobilisés pour favoriser la mise à disposition de locaux vacants en cœur de ville pour accueillir des activités de cyclologistique.
Le guide européen « A Guide to Planning Cyclelogistics Hubs » donne aux collectivités locales les clés pour mettre en œuvre des hubs cyclologistique adaptés aux contraintes des acteurs de la profession. L’Ademe va proposer une version de ce guide adaptée au contexte français d’ici la fin 2021.

Développer l’innovation urbaine et l’open data
• Appuyer le développement de la cyclologistique à travers des solutions digitales innovantes
Les cyclologisticiens utilisent différentes applications pour optimiser leur chargement et les itinéraires des livraisons. Les grandes plateformes disposent de leurs propres outils et les microentreprises ou les indépendants utilisent le plus souvent les applications commerciales dédiées à la circulation à vélo mais ne prenant pas en compte les enjeux spécifiques de la cyclologistique (disponibilité des places de livraison, largeur des pistes cyclables, passages impraticables à vélo cargo, etc.). Plusieurs initiatives soutiennent l’innovation dans ce domaine.
Dans le cadre du 4e Programme des investissements d’avenir, des crédits sont fléchés vers la logistique 4.0. Un appel à projet spécifique ciblera la création d’une application de type « Waze de la cyclologistique ».
• Soutenir les démarches permettant de générer une connaissance fine et en temps réel des infrastructures vélo dédiées à la cyclologistique
Les vélos cargo qui sillonnent les villes en permanence pour la livraison de colis peuvent être utilisés comme support pour différents types de capteurs.
L’appel à projets Avelo2 de l’Ademe aide les collectivités locales à se doter de schémas directeurs cyclables, à expérimenter des services vélos ou à communiquer auprès du grand public. Les projets incluant le développement de la cyclologistique seront encouragés (schéma directeur incluant stationnements adaptés vélo cargo et hub de cyclologistique, services de location longue durée de vélo incluant des vélos cargo à destination des entreprises, campagne de communication sur la cyclologistique…). Rens. sur https://www.ademe.fr/expertises/mobilite-transports/ passer-a-laction/programme-avelo-2.
• Promouvoir la cyclologistique auprès du grand public La connaissance des bénéfices et des solutions offertes par la cyclologistique est aussi un levier majeur pour développer ces activités chez les professionnels mais aussi au niveau du grand public pour stimuler la demande des consommateurs. Le ministère de la Transition écologique et l’Ademe développent une communication proactive sur la question. L’Ademe développe par exemple une série de vidéos pédagogiques « 12 clés pour investir dans le vélo ». Plusieurs sont dédiées aux usages professionnels du vélo. L’Ademe finance également la 1re édition de l’observatoire de la cyclomobilité professionnelle. Une enquête est en cours, pour mieux comprendre les pratiques pour permettre l’amélioration des écosystèmes http://bit.ly/observatoirecyclomobilite.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.